Copyright © 2015 STAGEJUDO

Champion d'une cause, par Patrick Roux

Être champion de Judo, c’est se faire le champion du Judo. Ambassadeur, représentant expert, exemple, le champion ne représente pas seulement lui-même…
Du temps de la Chevalerie, le « champion » était le défenseur d’une cause. Celui qui représentait en combattant une idée, un principe, une famille… Aujourd’hui, l’idée que le champion ne représente pas seulement lui-même, s’est un peu effacée derrière le culte de la réussite individuelle. C’est un phénomène de société qui dépasse le microcosme du judo.
Parce qu’elle est le fruit d’un long travail de formation et d’une aventure collective, la performance du champion est dépendante de l’environnement social dans lequel elle se produit.
Être champion tout seul n’aurait guère de sens et le culte exacerbé du « number 1 », si à la mode dans les média, n’est peut être pas si gratifiant que cela. De plus, cette tendance peut être dangereuse car elle n’aide pas à prendre conscience des liens qui unissent effectivement le champion et son entourage, alors que ce sont ces liens qui finalement sont la source de sa gratification : Qu’est-ce qu’un champion qui n’est pas admiré et aimé ?
Et quels sont les champions que nous admirons le plus ?
Ceux qui représentent le beau geste, la bonne attitude et l’intelligence de jeu.
La cause du champion de Judo, au-delà de lui-même, c’est le Judo.
Notre attachement au beau Judo, aux principes et aux valeurs, aux bases techniques, tout cela constitue un socle culturel commun très fort qui unit les judokas et doit aussi motiver et porter nos représentants.
Nos champions doivent être les ambassadeurs de nos valeurs et de notre savoir faire.
Ils nous émeuvent quand ils affirment leur courage, leur élégance. Ils nous enthousiasment lorsqu’ils démontrent leur intelligence du combat, leur maîtrise et leur efficacité technique en situation difficile, en compétition. Et ce sont ceux qui ont cette démarche de devenir « des champions du judo » qui sont acclamés par les publics du monde entier. Ce sont ceux-là qui laissent une trace dans les mémoires.​